Je veux être au courant des supers reviews de la super fée Ryalle !

samedi 23 mai 2015

Cendrillon, mode Cyborg : ON



Cinder est le premier tome d'une série de réécriture de contes. Dans ce premier tome, c'est l'histoire de Cendrillon qui est retravaillée : Cinder est une jeune mécanicienne en partie cyborg qui vit dans un Pékin futuriste où une maladie contagieuse a pris la vie de nombreux habitants de la ville. On suit donc les aventures incroyables de Cinder entre son quotidien ingrat avec sa belle-mère cruelle, sa rencontre avec le prince et les manigances inquiétantes de la reine lunaire Levana auxquelles Cinder assiste. 




                  J'ai vraiment bien aimé ce roman. C'est une bonne réécriture au sens où elle reprend habilement les codes du conte de fée en les détournant, pas juste pour les parodier mais aussi pour donner à son récit un souffle nouveau qui parvient à dépasser l'histoire originale. La force de ce roman, au-delà des éléments qui rappellent Cendrillon, c'est son côté addictif : les pages se tournent étonnamment vite, l'intrigue est prenante, le lecteur est diverti. Après, Cinder n'a rien de transcendant et il est très prévisible. De plus, je n'ai pas trouvé les personnages assez développés, ils étaient même parfois à la limite de la caricature. Cinder, par exemple, est un personnage auquel je ne me suis pas vraiment attachée. J'ai trouvé en revanche le prince Kai absolument adorable, même s'il n'est pas très futé pour un prince.  Même si Cinder est loin d'être exempt de défauts, je n'ai pas boudé mon plaisir. C'est un roman à la fois tendre, amusant et rempli d'action. La fin est vraiment géniale et j'ai particulièrement adoré la scène du bal qui a été un bonheur a lire. Les révélations de la fin ne m'ont absolument pas étonnée, j'avais tout vu venir mais elles annoncent une suite de saga passionnante et j'ai hâte de la continuer !



Note : 4/5



Chroniques Lunaires, tome 1 : Cinder de Marissa Meyer publié chez Pocket Jeunesse. 412 pages. 2013.


mardi 12 mai 2015

"Voilà ce qui est laid dans cette ville, a-t-elle dit. D'ici, on ne voit pas la rouille ni la peinture écaillée ni je ne sais quoi, en revanche on peut dire avec certitude ce qu'elle est. Voir à quel point elle est factice, même pas assez solide pour être en plastique. C'est une ville de papier"



                   La face cachée de Margo est le deuxième roman de John Green, publié après Qui es-tu Alaska ?. C'est le troisième de ses ouvrages que je lis et cette lecture confirme que cet auteur a sa place parmi mes auteurs Jeunesse préférés. Quentin, lycéen, a toujours été fasciné par Margo, sa voisine et ancienne camarade de jeu. Un soir, elle l'interpelle : elle a des comptes à régler, des courses à faire, des endroits à voir et elle veut qu'il l'accompagne. Après cette nuit inoubliable, rien ne sera plus comme avant.



                       Ce roman est divisé en trois parties et est raconté du point de vue de Quentin. Quentin est fasciné par le personnage de Margo et j'ai trouvé ça assez agaçant même si Margo est indéniablement un personnage très intéressant. Mais c'est d'ailleurs un des aspects les plus intéressants du roman : Est-ce Margo que Quentin aime ou bien l'idée de ce qu'elle est ? De sa fougue et de son excentricité ? Que se cache-t-il vraiment derrière ce masque ? Quentin va tenter de le découvrir et remettre ainsi en question tout ce qu'il pensait savoir de Margo, de lui et de sa relation aux autres en général. 
                       J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman et comme à chaque fois, le talent de conteur de John Green m'a captivée. C'est n'est pas tant l'histoire ni les personnages qui m'ont intéressée mais la façon dont ils étaient présentés, la manière dont John Green les mettait à jour au fil des pages. Cependant, j'ai trouvé le roman assez inégal : la première partie a été un véritable coup de coeur, j'ai trouvé ensuite la deuxième partie plutôt frustrante et enfin la troisième et dernière partie plutôt fade bien qu'amusante car étant le récit d'un road-trip. Je pense que c'est parce que j'ai vraiment du mal avec les narrateurs masculins de John Green qui m'agacent prodigieusement. Mais sinon, oui, j'ai passé un bon moment et je relirai certainement ce roman en V.O dans les années qui viennent. Je n'ai juste pas été conquise par les personnages et j'ai des réserves sur cette fin un peu ambiguë. Ah et j'ai lu des avis de certaines personnes qui trouvaient que Margo et Alaska étaient pareilles. Je ne suis pas du tout d'accord ! Elles sont toutes les deux sauvages à leur façon mais Alaska est cynique et brillante tandis que Margo est délurée et comme prisonnière de son immaturité. M'enfin, je conseille évidemment ce roman d'autant plus que l'adaptation cinématographique sortira bientôt.



Note : 4/5



La face cachée de Margo de John Green publié chez Gallimard collection Scripto. 389 pages. 2009.



samedi 9 mai 2015

I wonder if that’s how darkness wins, by convincing us to trap it inside ourselves, instead of emptying it out.






Je viens de finir ce roman et j'avais envie d'écrire mon avis maintenant. My heart and other black holes (Il sortira ce mois-ci en France sous le nom Le vide de nos coeurs) est l'histoire d'Aysel. Aysel est une adolescente malheureuse, elle veut mourir mais elle n'a pas le courage de franchir le pas. Alors elle décide de chercher un "partenaire de suicide"sur un site spécialisé. Elle rencontre alors Roman, un garçon de son âge tout aussi triste qu'elle et ils décident ensemble de planifier leur suicide 





                     My heart and other black holes n'est pas un roman joyeux. C'est un roman sombre, honnête et réaliste sur ce que vit une adolescente souffrant de dépression. Aysel voit son mal-être comme une substance sombre en elle, englué dans son estomac, qu'elle ne peut pas retirer et qui aspire toute joie de vivre. Elle veut mourir car elle n'attend plus rien de son existence et l'auteur décrit avec justesse les pensées du personnage. Contrairement à All the bright places, la maladie mentale n'est pas un prétexte pour insérer une romance dramatique. Non. Bien-sûr Aysel et Roman deviennent proches mais ce livre n'est pas là pour glamoriser le suicide, il est là pour dire tout haut : "il y a des jeunes qui se sentent mal, qui n'ont plus envie d'exister, qui pensent que la mort est la seule option valable et il FAUT des livres comme celui-là pour sinon comprendre, au moins mettre des mots sur ces souffrances". Et puis aussi dire que rien n'est jamais acquis et que surtout, surtout, tout est question de perspective. Ce n'est pas un roman qui veut faire pleurer dans les chaumières même si on pleure, inévitablement. C'est un roman qui délivre un message honnête, porté par le style percutant et par la clairvoyance de son auteure. Est-ce que Aysel et Roman finissent ensemble ? On s'en tape ! Ce qui est important c'est de comprendre que même la plus triste des personnes n'est pas ligotée à sa souffrance et le roman de Jasmine Warga parvient très bien à montrer cela. 


Espérons que la traduction française soit réussie, en librairie le 15 mai.


Note : 5/5



My heart and other black holes de Jasmine Warga. Publié chez Balzer + Bray. 302 pages. 2015.