Je veux être au courant des supers reviews de la super fée Ryalle !

jeudi 30 avril 2015

Le M de Mai est un M pour musique

Ce mois de mai, trois albums de trois artistes que je suis depuis le début sortent. Je suis impatiente de découvrir ces trois albums.





1. Le troisième album studio de Mumford & Suns


Date de sortie : 4 mai
Genre : folk, alternative
Chanson de ce groupe que je préfère : Broken Crown










2.  Le deuxième album solo de Brandon Flowers, chanteur du groupe The Killers

 Date de sortie : 19 mai
 Genre : Alternative
 Chanson de cet artiste que je préfère : Only The Young











3.  Le troisième album studio de The Vaccines

 Date de sortie : 25 mai
 Genre : Alternative
 Chanson de cet artiste que je préfère : Wetsuit

" I like to imagine there were more of us in the beginning. Not many, I suppose. But more than there are now. "

       
                               Je sens que ça va être difficile de parler de ce livre. C'est toujours difficile de parler d'un de ses livres préférés, surtout quand on l'a terminé il y a à peine une semaine. Mais je vais faire de mon mieux pour rendre justice à ce roman. Alors déjà ce qu'il faut savoir c'est que The Bone Season (Sorti en français sous le nom Saison d'Os chez J'ai Lu) est difficile à ranger dans une tranche d'âge. Selon les librairies où vous irez vous pourrez le trouver soit au rayon Adolescent soit au rayon Adulte. En ce qui me concerne, je ne le rangerais pas au rayon Ados car même si l'héroïne a 19 ans, les thèmes abordés et les événements qui se produisent dans ce roman ne sont pas, je crois, adaptés aux plus jeunes. J'y viendrai plus tard.
                             



Avant de parler du contenu et de vous montrer en quoi The Bone Season est un livre extraordinaire, j'ai envie de partager quelques photos pour que vous voyiez à quel point l'objet-livre est magnifique dans sa version originale. 















                             Intéressons nous au contenu maintenant ! L'action se déroule à Londres en 2059. Paige, 19 ans, est une clairvoyante : elle peut sentir les esprits des gens et se sert de son don au sein de l'organisation illégale dont elle fait partie. Cependant, dans la société dans laquelle elle vit, le simple fait d'exister est pour elle un danger car les gens de son "espèce", ceux qui ont ce genre de pouvoirs ne sont pas admis et risquent d'être arrêtés. C'est un résumé assez concis et superficiel mais c'est tout ce que vous avez besoin de savoir. Dès le premier chapitre, l'action démarre. On a à peine le temps de se familiariser avec Paige que les ennuis commencent pour elle. Ce qui peut être dur avec ce roman, c'est la complexité de l'univers créé par l'auteur. L'univers est totalement nouveau, je n'avais jamais lu quelque chose de tel et je conçois qu'il puisse falloir du temps pour se familiariser avec les termes relatifs au monde de Paige ainsi que tout ce qui à trait aux technologies et habitudes de cet univers. Mais c'est également la grande force du roman : cette immersion totale dans un univers construit habilement et de manière détaillée par Samantha Shannon. Je me suis plongée dans ce roman et en ressortir était à chaque fois troublant tant j'étais complètement immergée dans ce monde fascinant et terrifiant. Terrifiant car comme je l'ai dit plus haut, je ne conseille pas ce roman aux plus jeunes (en dessous de 13-14 ans) car le récit est sombre et parfois glauque, malgré la jeunesse de Paige. De plus, le système de "magie" mis en place est très intéressant, il y a toute une organisation précise et classifiée des différents types de pouvoir (un organigramme au début du livre permet de mieux comprendre tout cela !) et j'ai adoré en apprendre plus sur eux, assister à l'évolution du pouvoir de Paige, sa manière de le gérer ...

                                 Paige, justement, est un personnage principal formidable. C'est une jeune femme forte et indépendante mais l'accompagner dans toutes les épreuves qu'elle traverse permet de rapprocher le lecteur de ce personnage qui pourrait paraître froid de prime abord mais pour lequel on apprend à ressentir empathie et affection. Pour être honnête, j'ai adoré Paige. Il n'y a pas un aspect de sa personnalité qui m'a dérangé, chose rare pour un personnage principal. Elle est intelligente, sarcastique, intrépide, courageuse et altruiste. Mais elle a aussi ses fêlures, ses défauts qui ne m'ont fait que l'aimer davantage. De plus, grâce à quelques flashbacks, on en apprend plus sur elle, avec l'impression d'avoir toujours quelque chose de plus à découvrir sur elle ou sur son monde. On fait également connaissance de Warden et ... je ne vais pas en dire plus, je vais vous laisser faire la connaissance de ce personnage. Je dirai juste que rencontrer Warden fut une expérience ... intense. Quant aux personnages secondaires, je les ai aussi trouvés réussis même s'ils ne m'ont pas marquée tant que ça.
                                  En outre, l'intrigue du roman m'a complément happée : il se passait toujours quelque chose de captivant et je ne savais jamais quelle direction allait prendre le roman. Voir Paige en apprendre plus sur elle-même et sur ses pouvoirs était passionnant mais se demander où les événements allaient la conduire l'était encore plus. Et cette fin ... j'ai dû retenir mon souffle pendant les 100 dernières pages tant j'étais stressée ! On est entrainés dans une histoire complexe qui mêle intrigues politiques, histoire de survie et d'apprentissage, magie et romance et qui finit dans un feu d'artifice éblouissant.






Voilà, The Bone Season est mon livre préféré de 2015 pour l'instant et je pense qu'il le restera. Je suis impatiente de découvrir le tome 2 que je possède en anglais et qui sort en français le mois prochain !! La série contiendra 7 tomes et l'auteur a déjà terminé l'écriture du troisième tome qui lui, sortira vraisemblablement courant 2016. Elle a par ailleurs commencé à travailler sur le tome 4 !!!!


J'ai accompagné ma lecture en musique à certains passages par deux morceaux :


Lors des passages où Paige apprenait à se familiariser avec "sa nouvelle condition" (je n'en dirai pas plus)


                           


Pendant les échanges et conversations entre Paige et Warden (la chanson est d'ailleurs mentionnée dans le livre !)
                             




Note : 6/5




The Bone Season de Samantha Shannon publié chez Bloomsbury. 466 pages. 2013. (aussi sorti en français "Saison d'Os" publié chez J'ai Lu.)

dimanche 26 avril 2015

“But I'm tired of coming out. All I ever do is come out. I try not to change, but I keep changing, in all these tiny ways. I get a girlfriend. I have a beer. And every freaking time, I have to reintroduce myself to the universe all over again.”




Simon a 16 ans, il est gay et échange des emails avec Blue, un garçon de son lycée. Ils utilisent des pseudonymes et ne connaissent donc pas la réelle identité de l'autre. Une réelle complicité entre les deux adolescents se crée alors. Simon nous raconte son quotidien entre sa vie familiale, ses amitiés et son histoire avec Blue. Les e-mails entre les deux garçons sont d'ailleurs présents dans le livre. Verdict : 



                        J'ai adoré ce roman. C'est frais, c'est pétillant, c'est revigorant. C'est un roman à la fois léger, rempli d'humour et de références très contemporaines à la culture pop mais aussi plus profond puisqu'il s'agit pour Simon de découvrir qui il est, pas seulement au niveau de son orientation sexuelle mais également en tant que jeune homme. Je trouve d'ailleurs que l'auteur a très bien retranscrit le combat intérieur de Simon, ce que c'est pour une personne aussi jeune de vivre avec un secret qui lui pèse et qui doit sortir inévitablement. Et puis la romance est vraiment adorable. J'avais deviné qui était Blue mais ça n'a gâché en rien mon plaisir. J'ai dévoré les 150 dernières pages, impatiente de découvrir le dénouement de l'intrigue et je dois dire que la fin m'a absolument comblée.
                       Suivre le quotidien de Simon au lycée a donc été un plaisir. J'ai aimé sa bande d'amis et leurs interactions m'a souvent fait sourire, me rappelant mes propres souvenirs de lycée. Le roman n'a rien d'exceptionnel au fond mais qu'est-ce que c'était bon ! Un roman Young adult remonte-moral dans la veine des romans de Rainbow Rowell et autres Stephanie Perkins. Une excellente découverte.


Note : 4,5/5 



Moi, Simon 16 ans Homo Sapiens de Becky Albertalli publié chez Hachette. 320 pages. 2015.

Alex Rider, 14 ans, espion armé et dangereux. Et pas qu'un peu.





                       La saga "Alex Rider" est une série d'espionnage jeunesse centrée sur le jeune espion de 14 ans Alex Rider. C'est une saga que je lis depuis des années et que j'ai enfin décidé de continuer. Ce tome 7 se déroule dans plusieurs pays dont l'Indonésie et l'Australie. On suit notre jeune espion qui comme d'habitude doit affronter mille et un dangers mais aussi enquêter sur son passé et son histoire familiale.
                      Comme d'habitude, j'ai aimé retrouver Alex. Ce que j'aime dans cette série, c'est découvrir de nouveaux pays en même temps qu'Alex, me familiariser avec ces endroits. Mais ce qui me fait continuer cette saga, c'est surtout l'action. On tourne les pages avec frénésie, avide de connaître le fin mot de l'histoire. Après, je ne sais pas si c'est parce que j'ai grandi, mais j'ai été étonnée par la prévisibilité de ce tome. Les grosses révélations ne m'ont pas étonnée. En fait, je les avais vus venir à des kilomètres ! Mais comme je le disais, l'action est présente tout le long du roman, les rebondissements sont nombreux : Alex est confronté à des dangers incroyables (peu crédibles bon mais ça on avait l'habitude). Je n'ai pas boudé mon plaisir mais je trouve que la série commence un peu à s'essouffler et j'espère donc que les prochains tomes apporteront un souffle nouveau à cette saga jeunesse qui continue à me plaire. C'est une série que je conseille aux plus jeunes et à ceux qui aiment ce genre de récits d'espionnage !



Note : 3/5



Alex Rider, tome 7 : Snakehead d'Anthony Horowitz. Publié chez le Livre de poche Jeunesse. 379 pages. 2008

World After




                        World After est la suite d'Angelfall que j'avais adoré. Le tome 2 tardant à paraitre en français, j'ai décidé de le commander en V.O il y a quelques mois même si je l'ai finalement lu le mois dernier juste avant sa sortie française. Ce deuxième tome reprend là où le tome 1 s'était arrêté et continue à nous entraîner dans la folie de ce monde apocalyptique où Penryn tente de survivre et de prendre soin de ses proches tant bien que mal.


                     J'ai encore plus aimé cette suite. J'aime l'univers que l'auteur nous présente : c'est sombre, cruel, parfois très dur à lire mais tellement fascinant. Les personnages sont géniaux : Paige est hilarante, courageuse, profondément humaine dans un monde où l'humanité se perd, justement. Et puis j'adore toujours autant sa mère qui est là fois une folle furieuse et un génie. Et bien-sûr Raffe qui est absolument parfait, charismatique au possible ... ses échanges avec Penryn m'ont transformée en petite collégienne hystérique, c'était navrant !
                     J'avais reproché au premier tome son style moyen mais après avoir lu ce deuxième tome en anglais, je comprend que c'était plus la traduction qui ne m'avait pas plue plutôt que l'écriture de Susan Ee qui sans être exceptionnelle, est immersive et très agréable à lire. Et puis l'auteur a un sens de l'humour imparable, j'adore le sarcasme de ses personnages et j'ai ri à des nombreuses prises.
                   Cette suite m'a donc passionnée, il n'y avait pas un seul instant de répit, le récit est encore plus sombre, les personnages face à des dilemmes impossibles. Si vous n'êtes pas fan de violence, je ne vous conseille pas cette suite qui présente des survivants près à tout pour survivre au règne sans merci des anges. Mais tout cela est contrebalancé par le côté humoristique du livre et par la présence rayonnante de notre personnage principal. Le troisième et dernier tome sort le mois prochain et j'ai hâte de le lire même si je suis un peu déçue qu'on soit déjà arrivés à la fin de cette série qui devait initialement comporter 6 tomes. Mais je suis très impatiente !


Note : 5/5



World After de Susan Ee (également sorti en français sous le nom Le règne des Anges) Editions Hodder et Stoughton. 436 pages. 2013




lundi 20 avril 2015

Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?






Les raisons de lire ce livre :

1. Le titre du roman est excellent
2. Lire la chronique juste au-dessous
3. Se référer au point 1


                           Alors, que dire de ce roman de Philip K. Dick ? Je l'ai trouvé extrêmement intéressant ! On est dans un univers de science-fiction où notre personnage principal a pour métier de débusquer des androïdes à l'aide de tests qui permettent de les repérer. L'intrigue et l'essence de ce roman sont bien sûr plus complexes que cela mais c'est tout ce que je dévoilerai de l'histoire car je pense qu'il est plus intéressant de s'immerger dans ce livre sans trop en savoir.
                          Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? est incontestablement un des romans les plus singuliers que j'ai lus depuis longtemps : on se laisse emporter par une sorte d'onirisme robotisé, par un style très simple mais précis et sans fioritures : Philip K Dick a des choses à dire, des idées à développer mais il est plus dans la suggestion que dans des explications  sophistiquées et c'est pour ça que ce roman fonctionne.
                          Au fond, oui : l'histoire est intéressante à suivre, oui : les personnages sont intrigants mais lire Blade Runner (titre alternatif tiré du film de 1982 de Ridley Scott inspiré du roman) ce n'est pas vraiment s'attarder à ces éléments factuels. Moi ce qui m'a intéressée, c'est la réflexion amenée par l'auteur sur l'humanité, sur le rapport qu'a l'homme à la technologie mais aussi à lui-même. Je ne dirais pas donc que j'ai trouvé ce roman follement passionnant mais j'ai apprécié cette lecture enrichissante et parfois déconcertante.



Note : 3/5



Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? de Philip K. Dick publié chez J'ai Lu. Edition de 2012. 269 pages. 

lundi 6 avril 2015

“They love their hair because they're not smart enough to love something more interesting.”






Qui es-tu Alaska ? est le premier roman de John Green, sorti en France en 2007. C'était le roman avec lequel je voulais découvrir John Green mais entre temps, il y a eu Nos étoiles contraires (lu et adoré). J'attendais donc énormément de ce livre. Le roman suit le quotidien de Miles, adolescent qui quitte sa famille pour aller en internat dans le but de vivre des choses nouvelles, partir à la quête "du grand Peut-être." Ce "grand Peut-être" il va le trouver en compagnie de ses nouveaux amis : Takumi, le Colonel et bien-sûr ... Alaska. Ils vont vivre ensemble une histoire d'amitié unique et vont initier Miles à des choses nouvelles. Quant à Alaska, la lunatique Alaska, la mystérieuse Alaska, l'insupportable (parfois) Alaska ... elle va changer sa vie. A vous de découvrir comment et pourquoi !


                       
                         
                              J'ai adoré. Ce roman ne m'a pas simplement divertie, il m'a apporté quelque chose. Il m'a rappelé mon temps au lycée, mes amis d'avant, tous les souvenirs qu'on a partagés ensemble ... Je me suis étrangement identifiée à Alaska, ce ne sera pas le cas de tous les lecteurs bien-sûr car Alaska est une adolescente singulière : elle porte sa tristesse sans fard, sans gêne. Elle ne s'excuse pas d'être ce qu'elle est, elle en souffre parfois mais jamais elle n'oublie d'assumer qui elle est. Ce roman a donc quelque chose à la fois de tragique et de libérateur. On suit le quotidien de Miles, donc, la manière dont il s'intègre dans son nouveau lycée, les choses qu'il découvre, les interdits qu'il franchit, ses doutes et ses amours ... Et au fond, le lecteur devient aussi un membre de la bande de Miles, il s'y intègre et c'est un bonheur de l'accompagner lui et ses amis au fil de cette année scolaire. Mais c'est aussi un déchirement.
                             Alaska aime lire, aime questionner le monde : "comment sortir du labyrinthe " demande-t-elle. Mais qu'est-ce que ce labyrinthe ? La vie ? La souffrance peut-être. Oui, la souffrance adolescente en tout ce qu'elle a de beau, en tout ce qu'elle a de laid. Beau parce qu'elle transforme, laid parce qu'elle peut vous faire sombrer. John Green ne s'arrête jamais à des clichés, il livre un portrait complexe de cet âge ingrat, sans pour autant dramatiser. Et puis qu'est-ce que c'est drôle ! J'ai ri à de nombreuses reprises. Alors non, ce roman n'est pas parfait. (D'ailleurs, la traduction française ne rend absolument pas justice au texte.) Non, il n'est pas parfait mais il est remarquable par de nombreux aspects. Green a depuis amélioré son style, il ne s'éparpille plus autant, maîtrise davantage l'intrigue de ses romans ainsi que son style. (éléments qu'on pourrait critiquer dans Qui es-tu Alaska ?) mais ce roman mérite d'être lu.



En résumé, Qui es-tu Alaska m'aura fait ressentir des émotions très fortes, aura eu un effet thérapeutique, cathartique même, sur moi. J'ai l'impression d'avoir tourné une page sur certains éléments de ma vie qui étaient restés insolubles. Tout cela grâce à ce livre, en trouvant moi aussi l'issue du labyrinthe. 


Note : 5/5



Qui es-tu Alaska ? de John Green. Edition poche de chez Pôle Fiction (Gallimard) 2011. 402 pages.