Je veux être au courant des supers reviews de la super fée Ryalle !

vendredi 23 janvier 2015

Meilleures lectures de 2014

Elle arrive un peu tard mais voilà ma liste de mes lectures préférées de cette année (par ordre de lecture) : 





La voleuse de livres de Markus Zusak 


Nos étoiles contraires de John Green


Insaisissable, tome 1 : Ne me touche pas de Tahereh Mafi



Anna and the french kiss de Stephenie Perkins




Fangirl de Rainbow Rowell


The Unbecoming of Mara Dyer de Michelle Hodkin


Le messager de Markus Zusak


Immortel de Catherynne M. Valente


Angelfall, tome 1 : Penryn et la fin du monde de Susan Ee


Love letters to the dead de Ava Dellaira


Eleanor & Park de Rainbow Rowell


Le Chaos en marche, tome 1 : La voix du couteau de Patrick Ness


Quatre filles et un jean, tome 5 : Quatre filles et un jean pour toujours


Quelques minutes après minuit de Patrick Ness


The Evolution of Mara Dyer de Michelle Hodkin 


Le monde de Charlie de Stephen Chbosky 


Aristole and Dante discover the secrets of the universe de Benjamin Alire Saenz




samedi 17 janvier 2015

“But who could bear to know which stars were already dead, she thought, blinking up at the night sky; could anybody stand to know that they all were?”




Harry Potter étant ma série de livres préférée, j'ai toujours été curieuse de découvrir tous les autres romans que J.K Rowling écrirait par la suite mais je voulais attendre le bon moment. J'ai donc attendu patiemment avant de commencer sa première oeuvre post-HP, excitée de la retrouver mais également très anxieuse au vu des nombreux avis mitigés, voire carrément négatifs. 




                      L'intrigue de Une place à prendre prend place à Pagford, une petite bourgade anglaise où tous les habitants se connaissent. Quant Barry Fairbrother qui préside le conseil du village, meurt soudainement, Pagford connaît son plus grand bouleversement. Le village devient alors le théâtre de tous un tas de péripéties, notamment autour de la place vacante laissée par Fairbrother qui attire les honnêtes gens tout comme les moins bien attentionnés qui voient cette "place à prendre" comme un moyen d'isoler Pagford de la cité environnante pour laquelle l'ancien "maire" s'était tant battu. 
                        Je peux concevoir qu'il soit difficile d'entrer dans ce roman à cause de la multitude de personnages ainsi que le contexte politique et social de Pagford qui peut être dur à suivre de prime abord, mais pour ma part, il m'a fallu moins d'une cinquantaine de pages pour que je me sente comme une habitante à part entière de ce village. J'ai adoré ce roman, il a résonné en moi d'une manière particulière. Je me suis perdue dans les ruelles de ce village, dans le quotidien de ses habitants tous plus tourmentés les uns que les autres. C'est une totale réussite.
                         Pour moi, l'une des forces majeures de ce roman outre le style impeccable de J.K Rowling, c'est les personnages. J'ai rarement vu une palette de personnages aussi variée que celle qu'on retrouve dans Une place à prendre. J'ai aimé découvrir leur quotidien, être surprise par leurs secrets, leurs obsessions ... j'ai aimé les détester aussi car ce roman est loin de laisser de côté les aspects les plus sombres et rebutants des hommes et femmes qu'il présente. Ce que j'ai également trouvé fascinant à propos de ces protagonistes, c'est leur complexité. Quelques personnages comme Crystal, Terry, Fats ou encore Sukhvinder m'ont fascinée, j'étais sans cesse partagée entre ma répulsion et mon affection pour eux en avançant dans le roman.
                          J'ai également été sensible au portrait que Rowling a livré de cette bourgade, à la manière cynique dont elle dépeignait Pagford. Mais au-delà de la critique sociale acerbe, j'ai retrouvé des thèmes très forts qui m'ont captivée : la pauvreté, l'addiction aux drogues, la dépression, l'auto-mutilation, le viol ... des thèmes chocs abordés de manière frontale, sans aucun détour. Il y'a quelque chose de très direct, une façon dénuée d'artifices d'aborder des sujets bouleversants qui a rendu la lecture plus juste pour moi, plus percutante.
                          Et puis au-delà de cette intrigue centrée sur la politique locale, je retiendrai la manière virtuose qu'a eu J.K Rowling de m'entraîner entre rire et larmes tout au long de son roman de presque 700 pages, sans jamais que je m'attende à ressentir toutes ces émotions. Si vous ouvrez ce livre en espérant retrouver quelque chose de ne serait-ce qu'un peu similaire à Harry Potter, vous pouvez le refermer ! Le style de Rowling est reconnaissable mais Une place à prendre n'en demeure pas moins la chronique romancée d'un village de la province anglaise. Si j'ai trouvé le récit palpitant, il n'en a pas été de même pour une bonne partie des lecteurs de ce roman, ce qui ne m'empêche pas de conseiller plus que vivement ce roman étonnant. 


Note sur Goodreads : 5/5



Une place à prendre de J.K Rowling publié chez Grasset. 2012. 680 pages.






Legend





                    Legend est le premier tome d'une trilogie dystopique Young Adult. C'est un roman avec deux narrateurs : June est un jeune prodige, destinée à travailler dans les hautes sphères pour servir sa "patrie", la défendre notamment des rebelles et de leurs tentatives de renverser le pouvoir. Day, lui, est un des criminels les plus recherchés du territoire. Les deux viennent donc de milieux radicalement opposés mais leur rencontre va en quelque sorte bouleverser le cours de leurs vies.
                   J'ai beaucoup aimé ce premier tome. Je ne trouve pas qu'il soit extraordinaire mais pour moi, il a rempli son contrat de tome introductif : Marie Lu écrit plutôt bien, j'ai aimé son écriture très visuelle qui donne à voir l'univers et les péripéties qu'elle mettait en place, même si j'avoue avoir regretté un manque d'approfondissement général : le livre ne fait même pas 300 pages et aurait selon moi gagné à être un peu plus long. La lecture avait un côté addictif qui m'a fait terminer ce roman en quelques heures, j'ai été complètement absorbée par le récit et moi qui ne suis vraiment pas fan des romans à double-voix, j'avoue avoir complètement adhéré dans ce cas-ci : cela permettait de voir l'histoire de deux façons différentes, sans jamais se répéter, les deux points de vue étant inédits l'un par rapport à l'autre.
                    Quant aux personnages, je les ai appréciés même si je ne me suis pas complètement sentie attachée à eux et ai regretté le manque d'alchimie entre les deux protagonistes principaux. Je lirai bientôt le tome 2, bien plus épais, en espérant plus d'explications sur l'univers dystopique mis en place par l'auteur. Je conseille ce premier tome, riche en action, peut-être un peu prévisible à certains moments mais qui vaut largement le coup !



Note sur Goodreads : 4/5



Legend, tome 1 : Legend de Marie Lu publié chez Castelmore. 285 pages. 2012.

jeudi 15 janvier 2015

Attention aux morts !




Quel curieux roman que celui-là !

                     Le roman commence avec un homme qui essaie de noyer son chien avant de finir lui-même à l'hôpital. Cet hôpital va être le théâtre d'un tas de péripéties qui implique des zombies déchainés qui vont tenter de dévorer les quelques survivants d'une catastrophe qui a détruit en partie l'hôpital et a réveillé les morts. 
                      C'est un roman qui m'a étonnée. Je dois dire que de tous les romans "de zombies" que j'ai lus, c'est de loin le mieux écrit. Il est impossible de parler de ce roman sans aborder le style d'écriture de l'auteur qui m'a franchement impressionnée, on sent une maîtrise de la langue tout à fait admirable. Le style est donc pour moi le gros point fort de ce livre même si j'avoue avoir été rebutée par l'omniprésence de la vulgarité qui servait le roman en partie mais qui parfois m'a fortement dérangée. 
                    Quant à l'intrigue, j'ai trouvé qu'on mettait du temps à entrer dans le vif du sujet mais passé le milieu du roman, j'avoue être restée scotchée à mon bouquin, notamment à la lecture des trente dernières pages, haletantes. Il m'a cependant été difficile de m'attacher aux personnages :  il m'a fallu m'accrocher pour que leur sort m'intéresse et j'avoue que le nombre relativement important de personnages ne m'a pas aidée. 


Si j'ai été grandement impressionnée par le style de l'auteur, le roman n'a pas réussi à me captiver immédiatement. Cependant, la dernière trentaine de pages m'a finalement fait changé mon ressenti sur ce roman que je conseille pour les amateurs du genre car il n'est pas dépourvu de qualités. Je pense d'ailleurs lire le tome 2 car la façon dont s'est terminé ce premier opus me donne envie de découvrir la suite !


Je remercie encore l'auteur pour cette lecture que je n'oublierai pas de sitôt !


Le site de l'auteur : http://www.greghocfell.com



Attention aux morts, tome 1 : Hôpital Central de Saint-Pédros de Greg Hocfell. InsomNicEdiTionS                    

mercredi 14 janvier 2015

My true love gave to me





My true love gave to me est un recueil de nouvelles sur le thème des fêtes de fin d'année. Ce fut ma dernière lecture de l'année 2014 et il m'aura permis de passer un bon moment ! Mon avis nouvelle par nouvelle :



Midnights de Rainbow Rowell : 3,75/5. Dans la lignée des autres textes de cette auteure : drôle, tendre, frais. Une nouvelle dans l'ensemble très divertissante.

The lady and the fox de Kelly Link : 4,5/5. Une nouvelle surprenante, très bien écrite. C'est une nouvelle avec des éléments fantastiques très intrigants, un peu déconcertante au début mais qui aura fini par me charmer.

Angels in the snow de Matt de la Pena : 5/5. Une de mes nouvelles préférées. L'histoire est à la fois touchante et amusante. Les deux personnages sont tous les deux attachants, j'ai adoré !

Polaris is where you'll find me de Jenny Han : 3,75. Comme la nouvelle de Rowell, PIWYFM est très divertissante, mignonne et amusante. Même si comme pour Rowell, on aimerait un peu plus d'approfondissement.

It's a Yuletide Miracle, Charlie Brown de Stephenie Perkins : 4/5. Mignon et touchant comme tout ce qu'écrit cette auteure !

Your temporary Santa de David Levithan : 3/5. Je suis un peu mitigée, le début m'a prodigieusement agacée mais la nouvelle s'est améliorée à la fin... Je n'en garderai pas un souvenir radieux.

Krampuslauf de Holly Black : 5/5. Probablement ma nouvelle préférée ! Une nouvelle sombre, magnifiquement écrite, qui mêle habilement réalité et éléments fantastiques. Une perle !

What the hell have you done, Sophie Roth ? de Gayle Forman : 3/5. Pas très convaincue par cette nouvelle un peu plate selon moi.

Beer buckets and baby jesus de Myra McEntire : 1/5. J'ai détesté cette nouvelle, elle m'a mise dans une panne de lecture. J'ai trouvé l'idée intéressante mais mal exploitée, trop lourd.

Welcome to Christmas de Kiersten White : 2,75/5. Les thèmes de cette nouvelle sont sérieux ce qui donne à cette nouvelle une certaine gravité intéressante mais qui ne m'a pas touchée personnellement.

Star of Bethlehem d'Ally Carter : 4/5. Vraiment pas mal. J'ai aimé l'originalité mais j'ai regretté le fait que la nouvelle soit bien trop courte.

The girl who woke the dreamer de Laini Taylor : 4,5/5. Le style de Laini Taylor est vraiment très beau et j'ai trouvé la nouvelle aussi poétique que passionnante. Très bon !



Dans l'ensemble, j'ai vraiment apprécié ce recueil qui m'a fait découvrir des auteurs talentueux tels qu'Holly Black, Matt de la Pena, Laini Taylor et Kelly Link qui sont mes coups de coeur du recueil. Cependant, je regrette l'inégalité des nouvelles : celle de Myra McEntire a failli me dégouter pour de bon de ce livre et de la lecture en général ! J'ai toutefois passé un agréable moment et je conseille ce recueil en période de fêtes ! 






My True Love Gave To Me (édité par Stephenie Perkins). 355 pages. 2014. Macmillan Children's Books.


dimanche 4 janvier 2015

"Remember the rain, Ari"





J'avais entendu parler de ce roman un peu partout. C'est un coup de coeur pour une grande partie des gens qui le lisent. Après l'avoir lu, je comprend pourquoi.



                        Aristotle "Ari" est un adolescent un peu paumé : il se pose des questions sur sa famille, sur son identité, lui qui est américain d'origine mexicaine, mais aussi sur lui-même de manière plus générale. Il est dans cette période de transition qu'il vit plutôt mal, d'autant plus qu'il est quelqu'un de solitaire et qu'il doit porter le fardeau de toutes ces questions tout seul. Jusqu'au jour où il rencontre Dante. Dante est différent : il aime les oiseaux, la pluie, ne marche que pieds nus ... Il deviendra son premier vrai ami.
                        Aristotle and Dante discover the secrets of the universe parle de cette amitié peu commune mais aussi de la période difficile que vit Ari. De nombreux thèmes sont donc abordés : les secrets de famille, l'homophobie, la recherche de soi et bien d'autres ! Pour moi, ce livre est une petite pépite. On suit le quotidien d'Ari et la manière dont il perçoit sa vie d'adolescent. La vie d'Ari n'est pas toujours palpitante mais la manière dont l'auteur la raconte m'a totalement captivée. J'ai été sensible au charme poétique qui découlait de ces pages. 
                       Certains thèmes abordés sont graves mais cela ne pèse jamais sur le récit qui est porté avec beaucoup de grâce par l'écriture de Benjamin Alire Saenz mais vient enrichir tout de même son propos. De plus, la relation entre Ari et Dante est très plaisante à suivre, je me suis régalée de tous les moments qu'ils passaient ensemble. Je ne saurais pas dire ce qui m'a autant charmée, c'est peut-être l'atmosphère qui s'installe après quelques chapitres lus ou bien les personnages auxquels je me suis attachés. Ou le style de l'auteur. Sûrement tout cela à la fois !



Aristotle and Dante discover the secrets of the universe est un roman incontournable qui parle avec beaucoup de justesse du passage de l'enfance à l'adolescence, de l'adolescence à la vie adulte. Mais c'est également une magnifique histoire d'amitié et de famille. Il sort bientôt en France donc vous n'avez aucune excuse !




Note sur Goodreads : 5/5




Aristotle and Dante discover the secrets of the universe de Benjamin Alire Saenz publié chez Simon et Schuster. 2012. 359 pages.